Accueil

Avant-propos

Ce coffret DVD et cédérom s’intitule Vivre l’art en Champagne-Ardenne. Il conviendrait d’ajouter pour les élèves, car c’est bien de cela qu’il s’agit.

Comment permettre aux élèves de rencontrer des œuvres du patrimoine champardennais, se les approprier et construire une sensibilité à ces œuvres, mais aussi, plus largement et à terme, à la production artistique passée et contemporaine en général ? C’est à cet objectif ambitieux consubstantiel à l’enseignement d’histoire des arts que se sont confronté une équipe de professeurs d’arts plastiques, d’éducation musicale, de lettres et d’histoire-géographie, ainsi qu’un formateur et une conseillère pédagogique arts plastiques pour le 1er degré.

Adossés à la notice des œuvres, pour chacune d’elles et avec un souci d’exactitude scientifique, ces professeurs ont dégagé des questionnements communs propres à dessiner des axes codisciplinaires d’enseignement pour l’histoire des arts. Car s’il s’agit bien d’enseigner l’œuvre, il ne s’agit pas que les élèves apprennent sa notice seulement, mais bien qu’ils accèdent à son sens dans sa complexité et sa pluralité. À ce titre, les regards croisés et concertés, littéraire du professeur de lettres, historien du professeur d’histoire-géographie, plasticien du professeur d’arts plastiques et musicien du professeur d’éducation musicale… contribuent à éclairer la polysémie de l’œuvre ainsi qu’à enrichir et diversifier le dialogue entre l’élève-spectateur et l’œuvre. Osons une paraphrase : pour Marcel Duchamp, « c’est le regardeur qui fait le tableau » ; pour le cadre du dispositif de l’histoire des arts, ce sont les regards croisés des disciplines qui font l’œuvre avec l’élève. On voit aussi dans cette approche codisciplinaire qui positionne l’œuvre comme un objet d’étude pivot, toutes les ouvertures possibles vers d’autres œuvres de champs artistiques diversifiés contribuant ainsi à l’ouverture culturelle des élèves.

Si toutes les disciplines présentes à l’école, au collège et au lycée n’ont pas contribué, ce n’est pas un oubli ou une volonté de réserver aux Arts plastiques, à l’Éducation musicale, au Français et à l’Histoire-Géographie le soin de mener seuls la réflexion parce qu’ils seraient cités expressément par les textes de cadrage de l’enseignement d’histoire des arts. Non, il s’agissait, pour cette première mouture du cédérom qui devrait dans le futur s’enrichir d’autres contributions, tout autant de fournir aux équipes de professeurs une matière didactique et pédagogique que de poser les jalons de principes de mise en œuvre communs à toutes les disciplines.

Nous souhaitons que les professeurs de l’école, du collège et du lycée trouvent dans ce coffret des ressources directement exploitables, mais aussi, et surtout du plaisir à le parcourir.

Éric Guérin

IA-IPR d’Arts plastiques

Chargé du suivi de l’enseignement de l’histoire des arts pour l’académie de Reims

L'Histoire des arts, aujourd'hui ancrée dans les programmes scolaires, se veut « une rencontre, sensible et réfléchie, avec des oeuvres d'art de tous pays et de toutes époques ». Elle est fondée sur l'étude des oeuvres. Cette découverte tout d'abord sensible mène naturellement dans un premier temps vers le patrimoine de proximité. Il ne s'agit pas pourtant de s'y limiter car les indispensables rapprochements amènent à convoquer des exemples venus d'ailleurs.

Mais la rencontre physique avec les oeuvres, dans le cadre de la visite à une galerie, à un monument, à un musée, est essentielle. Elle permet de convaincre le public qu'en matière d'arts visuels, le sens vient d'une sensation suscitée par la mise en forme d'une matière. Notons que ce caractère matériel de l'oeuvre a plusieurs dimensions. Celle de ses matériaux constitutifs tout d'abord, puis celle de leur altération et enfin celle de leur restauration. Le temps de la matière est donc fondamental pour les arts visuels, tout au moins ceux de la « tradition ».

De là un chantier à venir, dans une version ultérieure de cette collection, appelée à s'enrichir, celui de l'implication des disciplines scientifiques dans l'enseignement de l'histoire des arts, dont il faut voir comme une chance le partage entre tous les enseignants. À cet égard, les travaux du Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France et du Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques constituent, pour les enseignants de sciences, des sources d'informations importantes. Les propositions présentées ici, tant pour les enseignants du premier degré en histoire des arts au cycle 3 que pour le second degré en lettres, histoire, éducation musicale et arts plastiques, illustrent l'un des cheminements pédagogiques possibles. Elles sont aussi un lieu de rencontre entre la vision de celles et ceux en charge des monuments et des musées et bien sûr, celle du monde enseignant. Elles sont marquées par la passion et la générosité, par un désir infini de partager et d'offrir quelques pistes de découverte de cet univers dont l'école doit s'emparer.

Patrick Le Chanu

Conservateur en chef du patrimoine

Conseiller pour les musées

Direction régionale des affaires culturelles de Champagne-Ardenne